Réseau de recherche euro-méditerranéen

Pour cela, ce réseau encouragerait des recherches comparées sur les phénomènes politiques au sein de l’ensemble euro-méditerranéen dans une perspective interdisciplinaire. Cette démarche comparative se construirait à trois niveaux : comparaison dans le temps et comparaisons dans l’espace,  entre les sociétés méditerranéennes et entre celles-ci et les autres sociétés. Seule cette démarche permet en effet de prendre le recul nécessaire à l’analyse de phénomènes politiques impérieux, parfois contradictoires et d’apprécier la réalité des mouvements de convergence et de différenciation qui touchent l’ensemble euro-méditerranéen et le monde.

Pour cela, le réseau mobilisera cinq approches principales :

  • L’histoire politique
  • La science politique et plus particulièrement la théorie politique et les relations internationales
  • La science juridique
  • Les études de conflits et de médiation
  • Les études littéraires, culturelles et artistiques

Le réseau encouragera trois catégories d’activités

Des actions de recherche scientifique : organisation de colloques, de journées d’études, mise en place de co-tutelles de doctorat entre ses partenaires. L’agenda scientifique serait fixé en coordination avec celui de REGIMEN. Un débouché en termes de publication scientifique avec un support stable devra être construit. La forme électronique semble la plus adaptée.

Des actions de formation académique : mise en place systématique d’accords Erasmus, de systèmes de double diplomation plus particulièrement au  niveau master.
Des actions de diffusion de la recherche par l’organisation de manifestations en direction de la société civile : débats, formations de cadres associatifs, syndicaux, élus locaux, fonctionnaires locaux…Publication sous une forme adaptée des travaux du réseau dans des revues non scientifiques.

Partenaires : outre les trois universités siciliennes de Catane, Messine et Palerme, les universités suivantes pourraient constituer ce réseau : FIUC (université catholique de Milan, université Saint-Paul d’Ottawa, université Saint Joseph de Beyrouth) université catholique de Louvain, université Babès-Bolyai de Cluj, université Paris-Est Créteil, université de la Mer Egée, , université Al Quds Open university. D’autres universités devraient nous rejoindre notamment d’Algérie, de Tunisie et du Maroc.

Premières manifestations

Lancement du réseau le 29 avril autour de Joseph Maïla
Première manifestation scientifique : les 25 et 26 août, colloque sur le thème de la souveraineté.